Le Maroc décidé de réintégrer l’UA sans renoncer à son Sahara

discours2Le Roi Mohammed VI a déclaré ce samedi, que le Maroc réintégrera l’Union Africaine sans pour autant, renoncer à ses droits légitimes sur ses provinces du sud.
Le Maroc avait réussi à faire de 2016 «l’année de la fermeté» dans l’affaire du Sahara, au moment où le front Polisario soutenu par l’Algérie, comptait en faire «une année décisive» en sa faveur, a affirmé le Roi du Maroc dans un discours adressé à la Nation, à l’occasion du 17ème anniversaire de la Fête du trône.
Et le souverain de rappeler que le royaume a fait face «avec la plus grande fermeté aux déclarations fallacieuses et aux agissements irresponsables» qui ont entaché la gestion du dossier du Sahara, en référence aux propos belliqueux et provocateurs du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon lors de son déplacement dans les camps de Tindouf, qualifiant notamment d’«occupation», la présence marocaine dans les provinces du sud.
Le Maroc, a-t-il dit, avait pris toutes les mesures qui s’imposaient pour «stopper ces dérapages périlleux», en renvoyant entre autres, la composante civile de la mission des Nations Unies «Minurso», et en suspendant sa contribution financière volontaire au budget de cette mission.
Le Maroc, a-t-il souligné, ne cédera à «aucune pression ou tentative d’extorsion dans une affaire qui est sacrée pour tous les Marocains», rappelant au passage, que les adversaires du Maroc (L’Algérie et le Polisario en tête – NDLR) étaient rendus «enragés et fous furieux» par le développement et l’essor économique et social que connaissent les provinces du Sahara marocain.
Le Roi Mohammed VI est revenu sur la demande du Royaume de réintégrer l’UA, pour rendre hommage à tous les pays africains qui ont soutenu sa démarche.
Il s’agit bien entendu des 28 pays africains qui, tout appuyant la volonté du Maroc de retrouver sa place au sein de l’organisation panafricaine, ont demandé, dans une mention adressée le 18 juillet, à la présidence en exercice de l’UA, l’expulsion du Polisario des différentes instances de l’Union. Pour rappel, un 29ème pays membre de l’UA, vient de signer cette motion alors que d’autres Etats ont déjà manifesté leur intention d’en faire de même.
La bataille diplomatique que mène le Maroc sur tous les fronts européen, africain, latino-américain ou aux Nations Unies, semble porter ses fruits dans le dossier du Sahara, surtout depuis que cette diplomatie s’est placée dans l’offensive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *