Le Polisario crispé par le rejet d’une rallonge d’aide par Strasbourg

ue-polisario-aideLes dirigeants du Polisario ont été profondément irrités par le refus du  parlement européen de valider une rallonge de l’aide destinée aux populations des camps de Tindouf, au moment où se poursuit une enquête sur les détournements massifs de l’aide humanitaire européenne par les pontes du Polisario en complicité avec des responsables civils et militaires algériens.

Le Parlement européen a rejeté ce mardi à Strasbourg, un amendement du budget de l’Union européenne de 2017 prévoyant une aide supplémentaire de 150 millions d’euros à la population des camps de Tindouf, comme le suggéraient des eurodéputés pro-Polisario issus de la gauche unitaire européenne et de la gauche verte nordique.

Pour rappel, le commissaire européen chargé de l’aide humanitaire, Christos Stylianides avait annoncé en juillet dernier, que la Commission européenne était résolue à revoir à la baisse le budget des aides qu’elle accorde aux populations sahraouies de Tindouf, exigeant une évaluation officielle de la vulnérabilité des bénéficiaires.

La Commission entend également calculer ses programmes d’assistance destinés aux «réfugiés» sahraouis pour répondre aux besoins de 90.000 personnes seulement en référence au décompte du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). Ce qui constitue un revers pour la version défendue par la direction du Polisario qui avance des chiffres avoisinant les 200.000 personnes.

Les instances européennes perçoivent également d’un mauvais œil l’application par le gouvernement algérien d’une TVA aux aides en nature convoyées à destination des camps de Tindouf sur le sol algérien. Comme elles digèrent mal le refus persistant du pouvoir algérien d’autoriser le HCR à un recensement en bonne et due forme des habitants des camps de Tindouf, pour pouvoir quantifier les aides dont ils ont réellement besoin et éviter ainsi leur détournement en cours d’acheminement ou à leur arrivée à destination, comme par le passé.

Les dirigeants du Polisario qui espérer quémander de nouvelles aides à la suite des récentes inondations enregistrées dans les camps de Tindouf, devraient déchanter, car leurs manigances n’ont plus de secrets pour personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *