La MINURSO fait preuve d’inertie face aux manœuvres du Polisario

La mission des Nations Unies au Sahara Occidental (MINURSO) semble perdre de sa crédibilité en raison de sa complaisance face aux nouvelles manœuvres provocatrices du Polisario dans la zone tampon mitoyenne du poste frontière marocain de Guerguerate.
Si les autorités de la Mauritanie traitent avec plus de rigueur les déplacements des cadres et miliciens du Polisario en leur interdisant l’accès à la zone nord frontalière avec le Maroc et particulièrement à Laguouira, les agents de la MINURSO donnent toute l’impression qu’ils oublient leur mission de contrôle du cessez-le-feu dans la zone tampon au Sahara Occidental et ferment les yeux sur les agissements du Polisario.
Après les exhibitions d’un groupuscule de miliciens armés du Polisario sur les plages de l’océan à Lagouira, des rumeurs qui circulent ces derniers jours sur la toile, font état de l’implantation non loin de Guerguerate, de déplacés sahraouis rapatriés directement du camp de «Dakhla» près de Tindouf, d’où ils ont été délogés par l’armée algérienne pour les besoins d’exploitation d’un gisement minier récemment découvert.
Cette manœuvre du Polisario constitue de l’avis de nombreux juristes occidentaux, une flagrante violation du cessez-le-feu établi par l’ONU en 1991 au Sahara Occidental.
Des sources crédibles à Tindouf rapportent qu’«il y a deux jours, une caravane, comptant une quinzaine de familles, a quitté le camp Dakhla en direction de la zone tampon» mitoyenne de Guerguerate.
Ces déplacés devaient être initialement installés dans la localité de Lagouira, actuellement sous contrôle de l’armée mauritanienne, mais devant le refus des autorités de Nouakchott, la direction du Polisario a fini par les réorienter vers la zone tampon où se trouve déjà une trentaine de ses miliciens armés.
Ces provocations du Polisario interviennent dans le sillage du réchauffement des rapports entre Rabat et Nouakchott suite à la communication téléphonique qu’a eue, le 27 décembre dernier, le Roi Mohammed VI avec le Président, Mohamed Ould Abdel Aziz.
D’ailleurs depuis cette date, les autorités mauritaniennes ont mis fin aux déplacements des éléments du Polisario à Lagouira et plus aucune photo n’a été publiée sur les réseaux sociaux, sur leur présence dans cette localité.
L’inertie de la MINURSO face à ces manœuvres provocatrices de la gente militaire du Polisario, est de nature, selon les mêmes sources, à attiser la tension dans la zone sud du Maroc, amplifiant les risques d’éclatement d’une confrontation armée pouvant déstabiliser toute la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *