ONU : Le Conseil de Sécurité insiste sur le retrait immédiat du Polisario de Guerguerat

Le Conseil de sécurité (CS) a décidé de proroger le mandat de la Mission des Nation-unies au Sahara occidental (MINURSO) jusqu’au 30 avril 2018, en saluant le rôle important qu’elle joue sur le terrain et son soutien à l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’Onu pour le Sahara, dans la recherche d’une solution politique mutuellement acceptable.

Parmi les autres points saillants contenus dans la nouvelle résolution sur le Sahara occidental, devant être adopté ce vendredi soir, le CS insiste sur  «le retrait immédiat et sans condition des éléments du Polisario de la bande de Guerguerat», et l’organisation par une agence spécialisée de l’Onu, d’un recensement des populations des camps de Tindouf, un processus que le Polisario et l’Algérie continuent à rejeter.

En revanche, dans sa résolution élaborée par la représentation des Etats-Unis auprès de l’ONU, le CS se félicite de la réaction positive du Maroc le 26 février 2017, à la demande du SG de l’ONU, Antonio Guterres, appelant au retrait des deux parties (Maroc et Polisaro) de la zone tampon de Guerguerat.

Tout en saluant le retrait unilatéral du Maroc, le CS affirme être «profondément préoccupé par le fait que les éléments du Front Polisario restent dans la bande tampon de Guerguerat et entravent le trafic et le commerce dans cette bande».

Le CS accorde au Polisario un délai de 30 jours pour vider les lieux et demande au S.G de l’ONU, Antonio Guterres de l’informer au terme de ce délai, pour décider des mesures à prendre en cas de refus du Polisario de se retirer de la zone tampon qui relève du contrôle exclusif de la MINURSO.

A signaler aussi que c’est la première fois, que le Conseil de Sécurité s’adresse à la Mauritanie et surtout à l’Algérie en tant qu’«Etats voisins» pour les inviter à «coopérer plus étroitement avec les Nations unies et à s’impliquer davantage pour mettre fin à l’impasse actuelle, en vue de parvenir à une solution politique». L’Algérie qui a toujours clamé sa neutralité dans le conflit territorial autour du Sahara marocain, est directement visée par cet appel en tant que partie prenante.

Par ailleurs, le CS dit avoir pris note «de la proposition marocaine (plan d’autonomie) présentée le 11 avril 2007 au secrétaire général et salue les efforts marocains sérieux et crédibles pour faire avancer le processus en vue d’une solution au différend». Le Conseil a également souligné la nécessité de «parvenir à une solution politique» et «réaliste».

Le contenu de la résolution n’a pas été du goût des diplomates algériens et des dirigeants du Polisario qui n’ont pas tardé à péter les plombs en constant que la nouvelle résolution ne faisait mention d’aucune de leurs doléances à savoir «le référendum d’autodétermination», «l’élargissement du mandat de la MINURSO au contrôle des droits de l’homme», «l’exploitation des ressources du Sahara Occidental» etc.

En revanche, du côté marocain, c’est une nouvelle grande victoire sur le plan diplomatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *