Une ONG espagnole accuse le Polisario de manipuler les enfants à des fins politiques

Le Forum Canario-Saraoui (Focasa), une ONG espagnole basée aux Iles Canaries, a dénoncé « la manipulation immorale » des enfants sahraouis « à des fins politiques » et propagandistes par le Front Polisario, à l’occasion des vacances d’été qu’ils passent chez des familles d’accueil en Espagne.

Le programme des vacances des enfants issus des camps de Tindouf en Espagne, dont l’objectif est de leur permettre de fuir temporairement les dures conditions dans les camps, « a été petit à petit perverti à des fins politiques par les dirigeants du Polisario », met en garde Focasa dans un communiqué.

Dès leur arrivée, précise l’ONG, ces enfants de bas âge, sont mêlés dans plusieurs régions du pays ibérique à des marches et des manifestations en les obligeant à brandir des pancartes et des fanions du Polisario et à chanter des slogans à connotation politique et propagandiste, en leur faisant croire qu’il s’agit d’événements festifs.

A titre d’illustration, l’ONG Focasa signale que «certaines familles d’accueil ont emmené, le 8 juillet, des enfants pour profiter, dans un parc à Las Palmas (Iles Canaries), d’un événement en principe à caractère ludique, mais il s’est avéré être un meeting politique du front Polisario ».

A Séville aussi, des enfants venant des camps de Tindouf ont été placés à la tête d’une marche de propagande en faveur du mouvement  séparatiste, déplore le Forum canario-Saraoui.

Pour Focasa, il s’agit d’une manipulation « obscène et immorale des enfants », que les serviteurs du Polisario obligent à participer à des actes dont ils devraient être épargnés, qualifiant cette démarche de « délit et de violation flagrante des droits des mineurs ».

Le Forum dénonce aussi l’implication de certaines familles d’accueil espagnoles dans cette stratégie totalitariste du Polisario.

D’ailleurs ce n’est pas une première, le Polisario s’est toujours servi des enfants de bas âge pour imposer son diktat aux familles sahraouies séquestrées dans les camps de concentration à ciel ouvert implantés en plein désert algérien.

Durant des années, des jeunes garçons et jeunes filles étaient expédiés par la direction du Polisario à Cuba, où ils subissaient des cours d’endoctrinement et apprenaient à manipuler les armes à feu et les techniques de la guérilla.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *