Un centre d’études chilien dénonce les violations des droits de l’Homme à Tindouf

Juan Carlos Moraga, directeur du Centre d’études du Maghreb pour les Amériques, a listé mardi dernier lors d’une conférence à Santiago, capitale du Chili, les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, qui a-t-il dit, constituent «une sérieuse source de préoccupation qu’il convient de dénoncer».
« Nous sommes très préoccupés par les violations des droits de l’homme dans les camps de Tindouf, par l’enlèvement des femmes et par l’embrigadement forcé des enfants dans l’armée en totale violation des règlements et des accords internationaux des Nations Unies », a-t-il déclaré à la MAP, en marge du Forum social mondial, qui se sont ouverts mardi sous le thème : « Résister c’est créer, résister c’est transformer ».
De l’avis de Juan Carlos Moraga, il convient de dénoncer ces pratiques, ainsi que la situation dans les camps de Tindouf, au sud-est de l’Algérie, où « il n’y a pas de respect pour les droits des personnes, ou celui des enfants ».
Au cours d’une conférence organisée à Santiago, dans le cadre du Forum social mondial, sous le thème : « le développement social et économique du Sahara vu par l’Amérique Latine », l’académicien chilien a insisté sur la nécessité de mettre la lumière sur la véritable situation qui prévaut dans ces camps et de dissiper toute désinformation sur la question du Sahara au niveau de l’Amérique Latine.
Moraga a par ailleurs, relevé que contrairement à l’immobilisme et l’attentisme qui caractérise la position de ses adversaires, le Maroc a soumis une proposition d’autonomie pour le Sahara, qualifiée de « crédible et sérieuse par l’organisation des Nations Unies et la communauté internationale ».
La conférence, animée par des experts sud-américains et des acteurs associatifs sahraouis, ont en outre, présenté, chiffres à l’appui, les investissements colossaux (8 milliards de dollars) injectés par le Maroc dans les programmes et projets de développement de la zone sud depuis son recouvrement par le Royaume.

Pour rappel en janvier dernier, la Chambre des députés au Chili avait adopté à une écrasante majorité, une résolution de soutien à l’initiative marocaine d’autonomie pour le Sahara et salué les importantes avancées du Maroc en matière de respect des droits humains.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *