Le Maroc accuse l’Iran d’armer le Polisario et Téhéran dément

Le Maroc a rompu mardi, ses relations diplomatiques avec l’Iran, qu’il accuse d’avoir facilité la livraison par son allié le Hezbollah libanais, des armes au Front Polisario.

Lors d’une conférence de presse mardi à Rabat, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita a affirmé que «le Maroc dispose de preuves irréfutables, de noms identifiés et de faits précis qui corroborent cette connivence entre le Polisario et le Hezbollah contre les intérêts suprêmes du royaume».
Le chef de la diplomatie marocaine a, par ailleurs, déclaré qu’une « première livraison d’armes a été récemment fournie au Polisario », via un « élément » à l’ambassade iranienne à Alger.

L’ambassadeur du Maroc à Téhéran a « quitté mardi l’Iran et je vais demander au chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran de quitter le royaume sans délai », a ajouté Nasser Bourita qui était de retour de Téhéran, où il dit avoir informé son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif de la décision marocaine.

La réaction du mouvement chiite libanais soutenu par l’Iran, ne s’est pas fait attendre, puisqu’il a nié le jour même dans communiqué, les accusations marocaines. «Il est regrettable que le Maroc ait recours aux pressions des Etats-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite pour diriger ces fausses accusations», souligne le Hezbollah dans ce document.

Ce mercredi c’était au tour du ministère iranien des Affaires étrangères et de son ambassade à Alger de démentir «fermement» les accusations du Maroc, qui constituent selon eux, un «prétexte» pour la rupture diplomatique entre les deux pays.

Le ministère iranien a en outre, assuré que la République islamique avait toujours eu comme ligne de conduite le «respect» de la «souveraineté et (la) sécurité» des pays avec lesquels elle entretient des relations diplomatiques, et «la non ingérence dans (leurs) affaires».

En revanche l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis se sont déclarés totalement solidaires avec le Royaume du Maroc. Dans un communiqué officiel, Ryad a condamné «fermement l’ingérence iranienne dans les affaires intérieures du Maroc via son instrument, la milice ‘terroriste’ du Hezbollah, qui entraîne les éléments du soi-disant groupe ‘Polisario’ en vue de déstabiliser la sécurité et la stabilité » du royaume du Maroc.

L’Arabie saoudite «se tient aux côtés du royaume frère du Maroc pour tout ce qui garantit sa sécurité et sa stabilité, y compris sa décision» de rupture diplomatique avec l’Iran.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *