Fin de la table ronde de Genève sur le Sahara

Moroccan Foreign Minister Nasser Bourita (C) attends with his delegation a press briefing closing two days of talks on the Western Sahara region, a disputed region since 2012, on December 6, 2018 at the UN Offices in Geneva. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)

La table ronde sur le dossier du Sahara marocain organisée mercredi et jeudi à Genève, à l’invitation de l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köhler, a pris officiellement fin après le point de presse donné par ce dernier ce jeudi après-midi.

Le médiateur onusien a d’ailleurs lancé une invitation aux parties participantes (Maroc, Algérie, Mauritanie et Polisario) pour une nouvelle table ronde qui devrait se tenir au courant du premier trimestre de l’année 2019, précisant devant la presse, que « les parties ont convenu de trouver un règlement consensuel au conflit » du Sahara.

Durant leur rencontre ce mercredi et jeudi à Genève, les quatre délégations ont fait le point sur les récents développements du dossier du Sahara, abordé les questions régionales et discuté des prochaines étapes du processus de règlement politique de ce litige territorial piloté par les Nations Unies.

De son côté, le ministre marocain des Affaires étrangères a qualifié devant les journalistes présents, de «positive l’atmosphère dans laquelle s’est déroulée cette table ronde», relavant néanmoins qu’«il en faut plus pour trouver une solution pragmatique, réaliste et durable à ce dossier ».

Il a en outre, assuré que le Maroc a d’ores et déjà accepté de participer à un second rendez-vous similaire, à la condition que celui-ci soit « bien préparé ».

Par ailleurs, toutes les délégations ont reconnu que la coopération et l’intégration régionale ainsi que l’absence de confrontation constituent le meilleur moyen de relever les nombreux défis importants auxquels la région fait face.

Les intervenants se sont également accordés à dire qu’une solution au conflit du Sahara, «constituerait une contribution importante pour améliorer les vies des peuples de la région».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *