Tindouf : Ces enfants que le Polisario utilise à des fins de propagande

Dans milliers d’enfants sahraouis des camps de Tindouf, sont expatriés chaque année par le Polisario à des fins de propagande et pour servir ses projections indépendantistes.

nanterreDans ces campements complètement isolés du reste du monde, le chef du Polisario Mohamed Abdelaziz et sa garde rapprochée n’hésitent devant aucun moyen pour obéir aux ordres des services secrets algériens et de leurs vieux généraux.

Malgré le black-out imposé à ces camps, des informations tenues secrètes sur de telles pratiques, sont fuitées par des dissidents grâce aux réseaux sociaux et aux témoignages des opposants qui réussissent à s’évader de Tindouf.

Dans un témoignage accablant, un dissident sahraoui qui a récemment rallié le Maroc, raconte que les membres du Mouvement des jeunes pour le changement (MJPC), se battent d’abord pour l’éviction de Mohamed Abdelaziz et de ses lieutenants et mettre fin à l’emprise du Polisario et du DRS algérien sur les camps de Tindouf et leurs habitants.

Dans ces campements de consternation et de désespoir absolus, soutient-il, les Sahraouis n’ont droit à aucune liberté d’expression ou de mouvement et les médias internationaux indépendants sont interdits d’y accéder librement, sans l’autorisation préalable du  DRS algérien.

Face à ces conditions de vie surréelles, poursuite la même source, les militants du MJPC accusent ouvertement les indéboulonnables dirigeants corrompus du Polisario, d’exploiter à des fins de propagande, les enfants de bas âge. Ces derniers qui sont envoyés chaque année, pour des soi-disant vacances d’été en Europe ou pour de prétendues études à Cuba, sont en réalité victimes d’une expatriation forcée vers l’Espagne, l’Italie ou la France, où ils sont adoptés par des familles d’accueil qui n’hésitent pas à les convertir au christianisme.

Dans une tentative de démentir ces faits avérés, les acolytes du Polisario ont fait circuler sur le Web, des photos d’enfants pratiquant la prière au domicile des familles d’accueil. Mais le Polisario n’explique pas pourquoi derrière l’organisation de ces semblants de vacances, se cachent des hommes d’église ou des associations chrétiennes qui s’arrangent souvent à placer ces enfants des foyers très conservateurs.

A Cuba, c’est une toute autre histoire. Les enfants des camps de Tindouf, une fois expatriés vers ce pays, ils sont soumis par des instructeurs militaires à des séances d’endoctrinement. En temps libre, ils sont exploités pour des travaux domestiques, dans des fermes ou des usines de fabrication du fameux cigare Havana Made in Cuba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *