L’UE réaffirme son satisfecit du rôle du CNDH au Sahara Occidental

Federica-MogheriniL’Union européenne (UE) affiche à nouveau, un satisfecit du renforcement des mécanismes de contrôle des droits de l’Homme au Maroc et particulièrement au Sahara occidental.

La satisfaction de l’UE a été réitérée par la voix de son chef de la diplomatie, Federica Mogherini qui dans une réponse à la question d’un eurodéputé sur les droits de l’Homme au Sahara marocain, s’est félicitée du renforcement du rôle des antennes régionales du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), à Laâyoune et Dakhla.

A la question d’un eurodéputé sur la situation des droits de l’Homme au Sahara Occidental, la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité a fait état de la volonté du royaume de consolider les mécanismes institutionnels visant à respecter et faire respecter les droits humains au nord et au sud du pays.

Dans sa réponse écrite, publiée mardi, au nom de la Commission européenne, Federica Mogherini a rappelé à ce propos, l’existence entre le Maroc et l’UE, d’un programme de coopération bilatérale portant sur la protection et la promotion des droits de l’Homme, et sur le soutien aux actions du CNDH et de ses deux antennes au Sahara Occidental.

Signé en 2013, ce programme doté d’un budget de 2,9 millions d’euros, permettra, selon l’UE, de renforcer la capacité institutionnelle du CNDH et de ses antennes régionales y compris à Laâyoune et Dakhla ainsi que leurs compétences professionnelles en matière de surveillance de la situation des droits de l’Homme.

Les clarifications de la diplomatie européenne sont apportées en réponse aux vaines tentatives du lobby pro-Polisario et pro-algériens au sein du Parlement européen à Strasbourg, de faire prévaloir les revendications des séparatistes appelant à l’élargissement du mandat de la MINURSO au contrôle des droits de l’Homme, des revendications qui ont été déjà rejetées par le Conseil de Sécurité de l’ONU.

D’ailleurs Morgherini a rappelé au passage, les préoccupations de l’UE face aux conséquences du vieux conflit du Sahara Occidental, pour la sécurité et la coopération régionale ainsi que pour les droits de l’Homme et les conditions de vie dans les camps de Tindouf en Algérie.

L’UE qui suit de près l’évolution de ce conflit, a-t-elle ajouté, continue à soutenir les efforts des Nations Unies pour parvenir à une solution politique juste et durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *