Sahara: Le CS en phase d’adopter une résolution favorable au Maroc  

sahara-onuLe Maroc pourrait prendre une bonne longueur d’avance sur ses détracteurs dans la bataille diplomatique que lui livre depuis 40 ans, le voisin algérien, autour de son intégrité territoriale.

Le projet de résolution sur le Sahara occidental, que le Conseil de Sécurité (CS) de l’ONU s’apprête à adopter le mardi 30 avril courant, s’annonce nettement favorable au Maroc selon les informations disponibles.

Ce projet de texte qui reprend les grandes lignes du rapport annuel établi par le SG de l’ONU, Ban Ki-Moon et qui a été rédigé comme l’année dernière, par la représentation des Etats-Unis, ne fait aucune mention, comme le souhaitait le Maroc, à un quelconque élargissement du mandat de la MINURSO à la surveillance des droits de l’Homme.

En revanche, le Conseil prorogera jusqu’à fin avril 2016, la mission des casques bleus au Sahara Occidental, comme il va pour la première fois, appeler à l’organisation du recensement des réfugiés dans les camps de Tindouf, une opération qui nécessite l’autorisation préalable du pays hôte qu’est l’Algérie, avec l’adhésion du Front Polisario qui assure la gestion des camps.

Au plan humanitaire, le Conseil insistera dans sa résolution, sur «l’importance d’améliorer la situation des droits de l’Homme au Sahara occidental et dans les camps de Tindouf et encourage les parties à travailler avec la communauté internationale pour développer et appliquer des mesures indépendantes et crédibles» dans ce contexte.

Dans sa résolution, le Conseil de Sécurité recommande aussi aux parties au conflit, le Maroc et le Polisario de «s’engager dans une phase de négociations plus intensive et plus substantielle» sous l’égide de l’envoyé personnel du S.G des Nations Unies, Christopher Ross. La dernière tournée de ce dernier dans la région remonte à février dernier. Elle a été suivie, un mois plus tard, d’un déplacement dans les camps de Tindouf et à Alger sans passer par Rabat et Nouakchott.

Ross était revenu en mars dernier pour tâter le pouls des dirigeants algériens et du Polisario au sujet de la proposition marocaine d’autonomie comme base de négociation pour un règlement définitif du conflit du Sahara Occidental. Evidemment, malgré l’adhésion d’un bon nombre de chefs des tribus sahraouies de Tindouf, les dirigeants d’Alger et du Polisario ont comme par le passé, rejeté en bloc une telle option.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *