Algérie-Tindouf: La disparition d’un cadre du Polisario refait surface

drs2La famille d’Ahmed Khalil, un consultant du Front Polisario, victime d’une disparition forcée en janvier 2009 à Alger, a rompu ce week-end son silence, pour exiger des autorités algériennes de révéler le sort de ce père de famille qui serait âgé de 62 ans s’il est encore en vie.

Ahmed Khali qui occupait le poste de conseiller des Droits de l’Homme auprès du chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz, n’a plus donné de signe de vie depuis la date de sa disparition en plein centre à Alger, où il s’apprêtait à donner une conférence dans des universités algériennes, sur les graves violations des droits de l’homme et des abus des tortionnaires du Polisario dans les camps de Tindouf.

Sa famille qui est à bout de ses peines et de sa patience, ne sait même plus si son proche est encore en vie ou s’il a été victime d’une liquidation physique, comme il a été toujours le cas pour les opposants et dissidents du Polisario.

Des sources sahraouies bien informées assurent que ce sont les agents des services secrets algériens et des miliciens du Polisario qui étaient derrière la disparition mystérieuse de Khalil à Alger.

Selon les mêmes sources, Khalil avait été enlevé et probablement éliminé pour avoir critiqué ouvertement les graves violations des droits de l’homme dans les camps de Tindouf. En plus les dirigeants du Polisario le soupçonnaient de vouloir rallier le Maroc, et de faire des révélations sur ce qui se trame dans le camp de Rabouni à Tindouf.
Par crainte de représailles, les six frères de Khalil qui sont frappés d’interdiction de quitter les camps de Tindouf, ont toujours gardé le silence sur cette affaire qui traine depuis six ans.

C’est le fils du disparu, Rachid Khalil qui réside à San Sebastian en Espagne, qui a pris l’initiative d’en parler publiquement, en se confiant à l’agence de presse espagnole Europa Press, à laquelle il a déclaré samedi dernier, que «ce que nous demandons est la justice ».

A présent, les ONG de défense des droits de l’homme craignent que la famille d’Ahmed Khalil qui est toujours coincée à Tindouf, ne paie les frais suite aux nouveaux rebondissements dans cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *