Le plan d’autonomie, un moyen de contrecarrer les visées d’Aqmi au Sahara

Les hauts responsables et spécialistes américains des questions du terrorisme maintiennent leurs mises en garde contre les visées d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) au Sahara et sa connivence avec des éléments du Polisario. Pour contrecarrer ce danger qui pèsent non seulement sur la sécurité des pays de la région mais également sur celle d’autres pays plus lointains comme les Etats-Unis ou certains pays de l’Europe, il est primordial, estiment-ils, de trouver d’urgence au conflit du Sahara Occidental et de démanteler les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, dans le sud-ouest algérien. Dans le même ordre d’idées, le sous-secrétaire d’Etat américain pour le Proche-Orient, Jeffrey Feltman qui était en visite lundi au Maroc, a affirmé qu’à travers son plan d’autonomie, le Maroc a avancé des « idées constructives » pouvant contribuer au règlement définitif du conflit du Sahara et faire barrage aux visées de la nébuleuse terroriste d’Al-Qaïda dans la région. Les Etats Unis a-t-il assuré lors d’un point de presse à Rabat, continuent à soutenir le processus des Nations unies visant le règlement définitif du conflit du Sahara, réaffirmant l’appui de son pays aux efforts de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Christopher Ross. Une solution durable et mutuellement acceptable à cette question, estime Jeffrey Feltman, contribuera à prévenir les menaces terroristes, le crime transnational, et le trafic de drogue dans la région.

Par ailleurs, l’enlèvement dimanche de deux travailleurs humanitaires espagnols et d’une italienne dans les camps de Tindouf, sous contrôle du Polisario, est venu conforter les mises en garde formulées précédemment par plusieurs experts antiterroristes américains contre les visées d’Aqmi au Sahara. Ce groupe terroriste, qui sévit dans la bande du Sahel limitrophe de l’Algérie, du Mali, du Niger et de la Mauritanie, veut faire du Sahara « le prochain Afghanistan », avait averti le journaliste américain, Richard Miniter, auteur de deux bestsellers intitulés « Losing bin Laden » (Perdre ben Laden) et « Shadow War », (Guerre d’ombre). Ce journaliste d’investigation qui avait visité à plusieurs reprises les camps de Tindouf, prévient que la nébuleuse terroriste cherche à profiter des « frustrations d’une jeunesse sans l’espoir d’un lendemain meilleur, lassée de vivre dans un environnement où la pensée unique est érigée en système de gouvernance ». Grâce à l’argent soutiré des rançons exigées dans les enlèvements de ressortissants européens, les recruteurs du groupe terroriste Aqmi en collusion avec les réseaux transnationaux de narcotrafiquants, « fait miroiter à cette jeunesse désabusée, un avenir fait de gains faciles », a-t-il expliqué. Outre la convoitise de cette jeunesse privée de ses droits les plus élémentaires, Aqmi entretient déjà des liens avec une quarantaine de dirigeants du Polisario à travers des trafics de tout genres », soutient Richard Miniter. Par ailleurs, le Centre international des études sur le terrorisme (ICTS), qui relève de l’Institut de recherche US Potomac, indique dans un rapport publié récemment, que le nombre des attaques commises par les combattants d’Aqmi a connu une croissance exponentielle de plus 500 pc depuis le 11septembre 2001. Les actes d’assassinat et de prises d’otages, revenus au premier plan de l’actualité internationale avec l’enlèvement dimanche dernier dans les camps de Tindouf, des trois humanitaires, dont deux espagnols et une Italienne, « démontrent que sans la mise en œuvre de mesures antiterroristes effectives, la menace de ce groupe terroriste planera à terme sur les Etats Unis et les pays de l’Union européenne ». Pour Richard Miniter, Dans l’état actuel des choses, les camps de Tindouf offrent tous les ingrédients pour se transformer en un « bastion d’Al-Qaïda en devenir ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *